01/04/2007

Un destin grêle

on peut s'interroger sur le destin de l'espèce humaine. Ne parlons pas d'humanité, le mot est bien trop connoté. Une espèce tend à se perpétuer malgré elle, répondant à un instinct dicté de nulle part (j'évacue toute dimension religieuse qui peut nous mener vers l'infini, pour autant qu'il existe, mais... je n'en sais rien je ne compte pas si loin..quoique... le vide et l'infini doivent être de connivence ).

Évidemment on peut s'interroger sur la part de l'individu et de l'espèce, le libre arbitre et le destin...

Parce que le destin est collectif et le libre arbitre est individuel (mais ça n'engage que moi, pas l'espèce humaine hein !).

Et...

...Pffff... bon ben j'ai oublié l'objet de mon propos indigeste... ça devait pas être important ou alors un mensonge ;-)

J'y reviendrai un jour, quand ça me revient, si ça me revient.

03:52 Écrit par Pschhh dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.