10/04/2007

Des milliers de vies et combien d'envies ?

J'ai 36 ans, je porte en moi 36 années de passé, et combien encore à vivre, combien à rire et à pleurer ?

J'ai 2000 ans, 2000 ans d'ânonnements de mots qui ont évolués et qui ne sont pas si loin de ceux que je parle aujourd'hui. 2000 ans de découvertes, de beautés, de futilités, 2000 ans d'esclavage.

J'ai 10.000 ans, 10.000 ans à m'organiser, structurer ma pensée et mon environnement pour ne plus avoir peur et prendre le contrôle de ce qui m'entoure.

J'ai 100000 ans, comprenez qu'à mon âge je ne sache plus très bien ou je vais. Surtout que maintenant plus que jamais, je ne sais pas où je vais. Dire que je voulais avant tout ne plus avoir à penser à ce que je vais bien pouvoir manger demain. Résultat des courses, je ne chasse plus, je ne cueille plus pour ne plus avoir faim et j'ai du temps...du temps... . Mais que voulez-vous, l'instinct est toujours là. Alors, pour passer le temps, j'accumule argent, terres, pouvoir, richesses. C'est dans ma nature (et dans ma culture de fait, vu que la culture découle de la nature). On ne se refait pas hein !

J'ai 1.000.000 d'années. Vous comprenez qu'après tant d'années je recommence à courber le dos, comme j'étais au début dans la savanne ou la brousse... je ne me souviens plus mais vous avouerez qu'après 1.000.000 d'années le début est plutôt flou. Surtout avec tous ces savoirs accumulés, je m'y perds souvent.

Malgré toutes ces années, demain je retournerai m'asseoir devant un écran pour quelques heures, "chasser" mon repas, accumuler pour me rassurer. Oui je sais, je n'ai pas beaucoup changé, dans la forme certes... mais dans le fond... ?
Dans le fond je suis resté immature, surdoué intellectuel, excellent manuel mais faible, donnant l'illusion de se tenir debout mais pourtant si frêle. Mon avenir ou mon non avenir est là : j'ai un pouvoir immense à mon échelle mais je ne sais trop qu,en faire.
Mais il est si éphémère à l'échelle de l'univers. Alors vous comprenez que plutôt que d'avoir le vertige au bord du gouffre je préfère ne pas rester loin de ma grotte. C'est "humain".

C'est pas tout ça mais il faut que je travaille demain, et il se fait tard...

02:58 Écrit par Pschhh dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Sans espoir
De commettre l’erreur qui ne conduirait pas à sa perte

Écrit par : Clandestino | 10/04/2007

Les commentaires sont fermés.