25/06/2007

S'enfuir la tête dans le sable

Tant va l'autruche à l'eau qu'elle finit par se casser à la mer. Ben oui, volatile peu habile, j'étreins le rail demain et ne le lacherais qu'en vue des dunes, s'il y en a encore.

Batir des chateaux en Espagne n'est pas dans mes moyens, les chateaux de sables sont bien plus à ma portée.

Et puis... être seul "face à la mer immense, là sans espoir d'espérance " et respirer, respirer, exister, que pour soi-même, loin de tout, juste 2 jours juste avec moi, pause existentielle essentielle dans mon court périple ici.

23:45 Écrit par Pschhh dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.