09/02/2008

Ego-tripes

S'éventrer le coeur car on n'en a pas assez au ventre.

Ce serait bien de pouvoir ne serait-ce que l'arrêter un moment. Mettre la switch à off quelques heures, jours, semaines. Puis repartir comme si de rien n'était.

Mais c'est de l'utopie bien sur... la vie est comme la Vie, rien ne s'arrête jamais que quand ça se termine. Tout grouille, bouille, fouille; poussé par la peur de l'arrêt fatal et de l'oubli éternel. 

02:53 Écrit par Pschhh dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

La maladie d'amour n'appartient donc pas plus à la jeunesse que la maladie de la mort à la vieillesse

Écrit par : Clandestino | 09/02/2008

Les commentaires sont fermés.